Théâtre...

le metteur en scène...

René Vincent-Viry

Gilbert Mengin

Julien Vincent-Viry

Françoise Vincent-Viry

En 1971, il intègre le Groupe Théâtral de La Bresse au sein duquel il jouera et participera à différentes pièces, entre autres :  Michel StrogoffJ'y suis j'y reste, Le Maître de Forges,  Oscar, Caviar ou Lentilles, Le voyage de Monsieur Perrichon, La Mare au Diable, Un chapeau de paille d'Italie, Azaïs, Des Souris et des Hommes...

En 1992, il passe à la mise en scène, tout d'abord en montantquelques comédies dont: Un Monsieur qui se regrette, Herminie, Vacances de Rêve, puis il se dirige vers un autrerépertoire dans: Boulevard du Mélodrame de Alfredo Arias. Vol au-dessus d'un nid de coucous de Dale Wassermann. La Cuisine de Arnold Wesker. En attendant les Boeufs de Christian Dob. L'homme du Gave, La Vie commence au Théâtre et Comment le grand Cirque Traviata se transforma en petit navire, de Jean-Paul Alègre.

En 2013, il crée la Compagnie Cent Scènes et monte en 2014 Lettres Croisées de Jean-Paul Alègre, en 2015 Marie-Octobre de Julien Duvivier, Jacques Robert et Henri Jeanson, en 2016 Transport de Femmes de Steve Gooch, en 2017 Les Vilains d'après Ruzzante et Home de David Storey en 2018.

En 2019 la pandémie interrompt toutes activitésdont Camille ad honores de France Gros qu'il reprendra avec toute la troupe et qui sera présentée en 2022.


le régisseur plateau...

l'homme de l'ombre.

Précis et méticuleux, il est en coulisse, le soutien efficace et discret, tant pour assurer le bon  déroulement des spectacles que pour atténuer le trac des comédiens. 

Gilbert a longtemps assuré ce rôle avec le plus grand sérieux. Désireux d'occuper désormais une partie de son temps ailleurs que derrière le décor, il laisse sa place, reprise en ce moment par quelques volontaires, en attendant son remplacement.

le régisseur lumière son...

Précis à l'installation et aux réglages des projecteurs, ingénieux et réactif à la table de mixage, lumières et sons apparaissent ou disparaissent à l'instant T. 

Une autre valeur sûre.

la costumière...

Discrète mais toujours présente pour confectionner, ajuster, reprendre un costume. Corriger la position d'un foulard tassé dans un col écrasé, repasser les plis d'une robe ou rattacher un bouton prêt à se défiler quelques secondes avant l'entrée en scène, tout cela sans affollement et sans piquer d'une aiguille qui serait maladroite la chair bourrée de trac du malheureux comédien.


Elle n'hésite pas à contribuer aux tâches logistiques ou matérielles, particulièrement l'accueil du public et la confection de quelques patisseries très appréciées après le spectacle.

les mains indispensables...

Tout le monde s'y colle...

Chacun, selon ses compétences, cloue, scie, peint, frotte, astique pour que décors, costumes ,accessoires et lumières apportent au spectacle le meilleur.

Avant, pendant et après, les tâches sont assurées, y compris celles du mini-bar autour duquel la compagnie se plaît à partager le verre de l'amitié avec le public.